L'UMPS soutient et l'euro, et l'immigration, en laissant l'ardoise aux Français

Aller en bas

L'UMPS soutient et l'euro, et l'immigration, en laissant l'ardoise aux Français

Message par CHASSAING Jacques le Lun 25 Nov - 16:57

L'UMPS soutient et l'euro, et l'immigration, en laissant l'ardoise aux Français
"… Le constat dressé par Marine Le Pen sur l’euro est difficilement niable. La zone euro est instable et sous soins palliatifs : beaucoup de perdants et peu de gagnants. Cette « copropriété » ne tient plus que grâce à la volonté et les décisions monétaires d’un ancien employé de Goldman Sachs, expert en manipulation de comptes publics.
Les économistes du FN, contrairement à des experts aussi talentueux que messieurs Sapir ou Attali, n’ont jamais dit qu’il y aurait disparition automatique de l’euro en 2012. En revanche, ce que nous avons toujours affirmé, c’est qu’une sortie concertée de l’euro était la seule bonne piste. Certes, on peut garder l’euro sous perfusion pendant des mois, voire des années, mais avec des conséquences insupportables pour les entreprises françaises et, donc, pour les salariés français.
Sur ce point – en dehors de la dissolution concertée de l’euro – la seule autre solution serait que l’Allemagne accepte « gentiment » de continuer à faire crédit à ses débiteurs commerciaux, en s’inscrivant simultanément dans l’esprit de la charte de la Havane, à savoir faire en sorte de diminuer ses exportations et d’augmenter ses importations. Mais pourquoi le ferait-elle ?
… La France a toujours été un pays ouvert sur l’extérieur, ce qui ne veut pas dire ouvert aux quatre vents. La France existait avant l’euro, et il faut espérer qu’elle existera encore après l’euro. Les faits sont têtus : avant l’euro, la France avait un solde commercial positif ; depuis l’instauration de l’euro, son solde commercial est très déficitaire. Faudra-t-il continuer longtemps à se boucher les yeux, ou faire la politique de l’autruche ?
En ce qui concerne, enfin, les déficits publics, la plupart d’entre eux ne sont pas liés à des investissements d’avenir, alors qu’ils vont représenter pour nos enfants et petits-enfants une dette de plus en plus insurmontable. Mais les trois quarts de cette dette sont liés à une financiarisation excessive de l’économie, et le reste à des dépenses publiques que nous n’avons pas à assumer...
… Le simple fait de diviser par deux les dépenses liées à l’immigration et à l’Europe et de lutter vraiment contre les fraudes sociales et fiscales rapporterait annuellement près de 50 milliards d’euros. Les entreprises ont besoin de stabilité, fiscale et législative, mais aussi d’un secteur public efficace…"
intégralité du propos sur http://www.bvoltaire.fr/brunolemaire/ceux-qui-critiquent-le-programme-economique-du-fn,42040

CHASSAING Jacques

Messages : 107
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 63
Localisation : Saint-Etienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum