CO-VOITURAGE IMPOSE = RECESSION et taxation des automobiles immobiles. Pour redresser la France, la suppression du ministère Montebourg serait un minimum mais comme la sentence des élections municipales s'approche, face aux listes FN-RBM, l'appareil PS p

Aller en bas

CO-VOITURAGE IMPOSE = RECESSION et taxation des automobiles immobiles. Pour redresser la France, la suppression du ministère Montebourg serait un minimum mais comme la sentence des élections municipales s'approche, face aux listes FN-RBM, l'appareil PS p

Message par CHASSAING Jacques le Jeu 18 Juil - 9:02

CO-VOITURAGE IMPOSE = RECESSION et taxation des automobiles immobiles.
Pour redresser la France, la suppression du ministère Montebourg serait un minimum mais comme la sentence des élections municipales s'approche, face aux listes FN-RBM, l'appareil PS prône la concorde avec l'UMP, l’Union pour Maintenir nos Places : Union nationale = union pour sauver le système.
Il continue à parader le fat ministre, objet d'adulation de la députée Gueugneau, et compte même bien surfer sur la vague RCEA (la Une du JSL 71, lundi en compagnie du sous-ministre des Transports, F. Cuvillier). Précision : l'un et l'autre se transportent d'ailleurs beaucoup, beaucoup trop devant les caméras, beaucoup trop devant les appareils photos et beaucoup trop en voitures de fonction. Il est vrai qu'eux ne connaissent pas, pas plus que le couple d'élus Drapier-Gueugneau le co-voiturage, dont tous font pourtant la promotion… pour la populace. Mieux, ils érigent en progrès ce qui est récession notoire et contradictions. La première, pour Montebourg (1), étant de feindre ne pas comprendre que pour relancer l'automobile, il faut des automobilistes. La seconde, pour Gueugneau étant de feindre de pas comprendre qu'en rase campagne, il faut être autonome 7j/7. Surtout quand les services, les commerces et les professionnels de santé font défaut et que l'on sait pourquoi il font défaut. La troisième, pour Cuvillier étant de passer sous silence la vétusté du réseau ferroviaire et l'abandon des projets comme Paris - Orléans - Clermont - Lyon. Cuvillier tait aussi que nombre de maillages de réseaux de bus sont uniquement dictés par les profits des prestataires de service en monopole et par les Plans de Déplacements imposés par les communautés d'agglomérations.
Après avoir oeuvré pour la suppression des petites lignes de chemin de fer qui auraient pu être reconverties et développées en transports en commun modernes adaptés en dessertes cadencées (à BLy entre-autres), voilà ce que ces stratèges PS - Ecolos tendance citadins friqués nous vantent : dans les villes, plus du tout de voitures mais des vélos et des bus bondés avec resquilleurs autorisés (les commerçants font grise mine) - en péri-urbain et zones rurales, tous au co-voiturage! Cette dernière injonction masquant quatre aspects : 1/lorsque que cela est possible, les gens du peuple n'ont pas attendu les politiciens pour se véhiculer. 2/ en guise de partage des frais, on assiste au développement d'une activité de taxis parallèles. 3/ quid de l'assurance automobile pour particuliers un jour ou l'autre associés à des professionnels? 4/ Les politicards entendent maintenant habilement imposer des parkings pour co-voiturage (à Digoin, l'un est en construction, à Saint-Etienne des places de parking d'entreprises sont réservées au co-voiturage. Ville où, comble, le sénateur-maire PS Vincent se fait conduire en DS 5 Hybride de fonction tout en prêchant des modes de transports doux (sic). Autres automobilistes, allez vous faire voir ailleurs, la vidéo-verbalisation veille!
Ainsi voilà tout un pan du programme abouti socialo-écolo qui témoigne de l'alliage robuste entre soliveaux, planches pourries et nullités accomplies très bien payées pour ramener la France à l'état de la Chine ou du Vietnam des années 1900. Et comme la sentence des élections municipales s'approche, face aux listes FN-RBM, l'appareil PS prône la concorde avec l'UMP, l’Union pour Maintenir nos Places : Union nationale = union pour sauver le système.

(1) "Montebourg est un modèle. Il est, jusqu’à la caricature, l’archétype du politicien d’aujourd’hui, narcissique, égocentrique, concentré sur la communication à court terme, attentif aux effets de celle-ci sur son image médiatique, mesurée par les sondages du jour, et porteuse d’une carrière personnelle, satisfaisante pour son ego. La notion de serviteur de l’État, discret mais efficace, lui est totalement étrangère.
La marinière du beau gosse est produite par une entreprise qui a perdu désormais son marché auprès de l’État, en l’occurrence l’habillement de 120.000 policiers, qui assurait l’emploi d’une quarantaine de CDD. Montebourg est bon vendeur, mais d’un seul produit : lui-même !
Les déclarations intempestives du ministre du Redressement productif n’ont sauvé ni Aulnay, ni Florange, ni Petroplus. En outre, elles ont envoyé trois messages négatifs : le premier dit aux investisseurs étrangers que l’État se mêle de tout, le second révèle les profondes divisions de l’exécutif et le troisième, à travers Mittal comme Yahoo!, que la France ne veut pas d’eux.
Que l’État maigrisse pour peser moins sur les coûts de production, qu’il allège les contraintes imposées aux entreprises pour libérer leur développement, qu’il améliore sans cesse les infrastructures, qu’il assure la plus totale sécurité. Pour le reste, l’État est un fardeau plus qu’un levier, fardeau d’autant plus lourd qu’il sert davantage à la promotion de ministres inutiles voire nocifs.
Pour redresser le pays, la suppression d’un ministère aussi superflu que celui de Montebourg est une nécessité, mais il s’en faut de beaucoup qu’il soit le seul".
(extraits)
[url=Christian Vanneste]Christian Vanneste[/url], 5/6 mai 2013 sur Bd Voltaire

CHASSAING Jacques

Messages : 107
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 63
Localisation : Saint-Etienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum